batteries

 PREMIER ESSAI EN REEL + VIDEOS ICI !

https://ecobatteriesolaire.wordpress.com/premier-essai-en-reel-essai-de-reconditionnement-dune-ancienne-batterie-tudor/

 

Site dédié à l’autoconstruction de batteries stationnaires de puissance pour les sites en autonomie.

Etant moi même confronté au problème du prix des batteries solaires, et même à la faible durabilité des batteries de voitures / tracteur, j’ai décider d’aller à contre-courant, refuser le système de vente, de commerce, de normes, de taxes, bref de ruine.

Je pense que plutôt que de travailler d’arrache pied 1 an uniquement pour financer un parc de batterie faiblard, je ferais mieux de travailler à le faire moi même, je n’y passerai certainement pas un an de mon temps…

Le calcul sur site de l’efficacité énergétique du système à batteries (au plomb)

Ayant sous la main un système opérationnel parc de 500Ah en 24 V, un chargeur-onduleur Victron 3000 watts, et des dispositifs de comptage de l’énergie electrique, j’en suis venu à la conclusion que je consomme beaucoup trop de courant, d’une part, et d’autre part que le rendement du système utilisé à un taux durable (*) est ainsi : énergie rendue = énergie entrée divisée par 3.

En voilà une bonne règle à savoir avant de se lancer la tête au soleil… qui me fait penser aux voitures électriques soit disant écolo ! Lorsqu’ils les vendent ils parlent de KWH consommés, pour comparer. Mais j’ai bonne crainte qu’il s’agit des données du tableau de bord, donc très certainement l’énergie rendue par la batterie…  …et en aucun cas de l’énergie consommée au niveau du compteur EDF… très probablement de l’ordre de ce que j’obtiens, soit trois fois plus l’électricité entrée…  (energie consommée par le chargeur dans le cadre de son travail + pertes dans les fils + energie perdue par la batterie pour le travail chimique de recharge + energie perdue par la batterie pour le travail de décharge eh oui) Si jamais un possesseur de voiture électrique passe par là, bienvenue à lui pour laisser un commentaire en ce qui concerne le rendement de ses batteries à partir de l’énergie consommée au compteur électrique. Le sujet de la voiture électrique fait réagir, et comme le sujet est intéressant, J’ai créé un article dédié ici:

https://ecobatteriesolaire.wordpress.com/la-voiture-electrique-etude-du-rendement-de-ses-batteries/

Quoi qu’il en soit les batteries sont le seul moyen actuel pas cher et viable pour conserver de l’électricité, et précisément les batteries au plomb. Je ne parle pas des autres, c’est bien de retourner tous les systèmes possibles, mais si c’est pour dépenser 2, 3 ou 4 fois plus vaut mieux oublier tout de suite surtout si leur durabilité n’est pas clairement établie / pas d’onduleur gestionnaire de charge existant en vente sur le marché pouvant satisfaire fiabliement à nos besoins.

Donc pour moi, pas d’hesitation des Ah il en faut plein, plus il y en a mieux c’est. Le seul facteur limitant c’est mon porte monnaie !

Le besoin en Ah est conséquent !

Si vous voulez un peu de confort, il ne faut pas lésiner sur les AH de batterie !

Pour utiliser durablement une batterie stationnaire ordinaire (je ne parle pas des batteries hyper théoriquement tolérantes donnant caractéristiques mirobolantes-sous réserve de respecter ceci cela mais surtout au prix 2x 3x la normale) il faut tabler sur une décharge maximum de 20 à grand maxi 30% de sa capacité nominale.

Oui, Monsieur si vous achetez une batterie de 200Ah 24V vous vous dites 200X24=4800 Watt heures soit 4,8KWh woow déjà ! Non ce que vous avez à la première opération c’est une batterie pour la déchetterie…  elle est morte la batterie si vous la déchargez au max !

Non, vous pouvez la décharger à 20% ça lui donne une capacité de stockage réel de 0,96 KWh. Soit de quoi utiliser votre seche cheveux durant une heure. Ca calme ! surtout si vous avez déjà mis plus de mille euros dedans.

J’ai un frigo et un congelateur qui chacun consomment vraiment peu, plus quelques LED qui restent pas mal allumées durant les longues soirées d’hiver… et déjà je consomme plus de 3 KWh par 24h. soit 125 Ah en 24V. et comme on a vu, pour avoir 20 Ah à utiliser il faut en avoir en batterie 100. Soit 5 fois plus. Donc pour tenir 24 h j’ai besoin de 125X5= 625Ah en 24V.

Si on fonctionne sur un système solaire on aimerait avoir disons 5 jours d’autonomie. Woow !!! attention le calcul !!! 625X5=3125 Ah en 24V (ou 6250 Ah en 12V).

combien d’éléments hyper chers de 2,2V vais-je devoir acheter pour réunir ce minimum ?

Allez on va partir sur des éléments 2,2V 1000Ah (déjà considéré comme hyper costaud presque impossible à porter pour un homme) 24V font 12 éléments de 2,2V. J’arrondis au besoin de 3000Ah 24V, ça me fait 3X12=36 éléments monstrueux hyper chers, du genre 600 € prix plancher. Allez, 21 600 euros ! pour 5 jours de jus en économie….  …La vache, mon projet solaire écolo prend drôlement le fond..

Influence néfaste des aides au solaire

Mais dans tout ça, pourquoi tant d’argent au fait ? Ne serait ce pas une conséquence des subventions des gouvernements pour promouvoir le solaire si les batteries stationnaires de ce type ont multiplié par 10 de prix en 15 ans ?? Le plomb n’a pourtant pas multiplié par 10 !

Calcul poids

Une batterie stationnaire pèse environ 24Kgs pour un élément de 250Ah 2,2V (source perso pour une batterie d’élévateur hawker).Soit environ 1Kg les 10Ah 2,2V.là dedans beaucoup d’eau, d’acide. Et le reste de la poudre de plomb (pas cher) et un peu de plomb métal. Au jour d’aujourd’hui le récupérateur paye 0,33€ le kilo de batterie pleine d’eau. Mon parc de 3000 Ah en 24 V pèserait peut être 3,6Tonnes. Si c’était que du plomb pur, le plus cher, elle vaudrait 6120 euros au cours actuel…   Ce ne peut être du plomb pur, il y a de l’eau, de l’acide, du recipient, du separateur.

Bouquin !

http://www.amazon.fr/gp/product/0983784752?keywords=battery%20builder%20guide&qid=1453583650&ref_=sr_1_1&sr=8-1

the battery builder’s guide. par phillip Hurley

Solution : la batterie Planté ?

Phillip Hurley dont j’ai acheté le très intéressant livre, nous informe que l’on peut réaliser une batterie au plomb de type planté, très durable et « facile » à faire, si l’on choisit une épaisseur de plaque de 3/64 de pouce, soit 1,2 mm, qui a mon avis devrait déjà durer un bon moment, on obtient 6 Ah en 2,2V par pound (0,454Kgs) de plomb pur. Donc 13 Ah en 2,2V par kilo. Ce qui fait que pour réaliser un élément de 1000Ah j’aurai besoin de 77Kgs de plomb pur. Comme j’ai besoin de 36 éléments au total cela me fait env 3 tonnes de plomb.

DU SENS !

Si j’achète mon plomb pur au LME, j’en aurai pour 1700 euros la tonne plus le port, soit au moins 10 200 €. Si j’achète mon plomb non pur à quelque Gitan, je peux peut être réduire ça à 3000€ ? Soyons rêveur !

De plus, lorsque mes éléments seront HS, je pourrai récupérer le plomb, celui qui est à l’état non oxydé, le refondre, et vendre au ferrailleur l’oxyde (Phillip Hurley nous assure qu’il le reprendra) au prix donc de 0,33€ le kilo. Donc tout n’est pas perdu. et pour l’acide, nous verrons plus tard que l’on peut le recycler nous mêmes, en acide neuf.

Purification ?

Il ne me reste plus qu’à récupérer du bois, faire un foyer qui chauffe bien, me faire du matériel de coulée, du matériel pour laminer le plomb, mais surtout affiner la technique de purification du plomb. D’après un brevet dont je dois retrouver le lien, la purification du plomb est relativement simple : étant donné que les impuretés visées sont en fait des métaux (antimoine, calcium, cuivre) la méthode repose sur leur épuration par la température faible. Oui, l’on sait que le plomb fond à 327 degrés, or le cuivre est à 1085 degrés, l’antimoine à 630 degrés, le calcium à 1484 degrés. Le brevet dit de garder le plomb juste 20° au dessus de sa solidification, et de bien remuer. Les autres métaux « se dissocient » par flottaison solide en surface du plomb, qu’il suffit d’écumer. Très bien, rien de si difficile….

Ce blog…

La coopération entre les bricoleurs d’énergie solaire de tous bord est sans doute requise afin de mettre en place une sorte de « plateforme batterie en autoconstruction » ou au minimum d’accumuler les connaissances et les savoir-faire…

Je possède un lieu relativement idéal pour ce type de projet, en Lot et Garonne, à condition de bricoler proprement (attention:plomb) possibilité de recevoir visiteurs autonomes, lieu très agréable. Dans le cadre de l’étude de ce projet, que je souhaite partager avec tous ceux qui veulent se lancer dans la même aventure que moi, je fais un appel aux ingénieurs (éventuellement sans titres) volontaires pour établir un procédé de fabrication, une méthode de travail et une fillière pour la fourniture des matières premières necessaires, puis l’élaboration ou la récupération de matériel necessaire, comme le matériel pour la fonte/ coulée du plomb et son épuration, laminoir pour faire des plaques de plomb bien calibrées, éventuellement cisaille pour les couper à la mesure.

j’invite donc ceux qui sont intéressés, à quelque niveau que ce soit de capacité technique/ éloignement/ disponibilité/ à me laisser une trace sur ce blog en commentaire, (leurs coordonnées ni les miennes ne seront pas publiées pour sauvegarder la confidentialité/ se protéger du spam.)

Actuellement

Je n’ai pas encore partagé ici toutes les connaissances que j’ai pu accumuler sur le sujet. Plus tard, ce sera fait, pour le bien de tous.

Voici les sujets de travail :

-la purification du plomb (les methodes et le faire en pratique sur des échantillons)

-essayer de faire une batterie planté de 12V, pour voir ce qu’on arrive à faire. Un petit fabricant artisanal de batterie existe, il pourrait fournir le coffre, le brai, les couvercles, pour faire une batterie propre et utilisable. J’ai un ami retraité ancien reconditionneur de batteries.

-le laminage du plomb (trouver un laminoir qui convienne, essentiellement)

-trouver un fabricant de container de batteries stationnaires, gros éléments de 2,2V (pas en chine, c’est facile de trouver mais problème de transport cher pour du plastique vide) et autres bouchons en plastique etc.

-ou bien un souffleur de verre qui ferait les containers ! J’en ai un petit en verre pour le modèle.

-trouver un vendeur pas trop cher pour du viton caulk, le produit idéal pour sceller les capots sans que ce soit définitif (fortement recommandé par Phillip Hurley)

-trouver les récipients pour créer un alambic à acide sulfurique (pour se faire de l’acide neuf avec juste du vieil acide et un feu de bois) l’idéal est l’acier émaillé tout simplement. (des vieux chauffe eau electriques émaillés ?) il faut monter a env 300° je crois.

-construire l’alambic (pas trop gros pour limiter le danger en cas de bug)

 

VIDEOS :

https://ecobatteriesolaire.wordpress.com/fabrication-artisanale-de-batteries-solaires-en-inde/

Premier essai en réel : essai de reconditionnement d’une ancienne batterie TUDOR à bac en caoutchouc dur, étanchéité supérieure en BRAI. Je vais tenter de la transformer en batterie PLANTE, et voir ce que cela donne. Je dispose d’un chargeur performant qui donne une indication de l’état de la batterie.

https://ecobatteriesolaire.wordpress.com/premier-essai-en-reel-essai-de-reconditionnement-dune-ancienne-batterie-tudor/

 

Photo tirée du net : un parc de batteries qui fait rêver !

enfin de vrais accus !

E-Batteries-BatteryBank_fmt.png

 

premier plan à droite : un accu de rechange avec un pèse acide, a droite un chargeur Westinghouse triphasé probablement .

accus montés sur roulettes.

 

 

Publicités